Cartes de précipitations

Précipitations sur 3h :

Comme son nom l'indique, il s'agit des précipitations qui tombent sur une durée de 3h, GFS ayant des échéances de 3h en 3h à court et moyen-terme.

Précipitations 3h

Les plages de couleur représentent donc le cumul estimé sur 3h, c'est à dire l'intensité : plus on tire vers le jaune/orange, plus les précipitations seront intenses. Les plages de rouge et violet sont rares et ne se rencontrent généralement que durant les épisodes méditerranéens.

En animation, cela permet de suivre la course d'un front et d'estimer à 1 ou 2 heure près l'arrivée des précipitations sur une région donnée. Mais attention, ce type de carte devient vraiment fiable qu'à courte échéance, surtout lorsque les précipitations sont faibles, comme c'est le cas dans l'exemple ci-dessus, car celles-ci étant issues d'une goutte froide stationnée sur l'Europe, il ne s'agit pas d'une situation organisée avec de véritables fronts, comme cela est le cas dans un régime perturbé de basse saison.

Les hâchures blanches représentent les zones où les précipitations se produisent sous forme solide (donc sous forme de neige), conjuguées à des températures suffisament froides et sur une tranche d'altitude suffisante. Mais attention, il s'agit ici d'un modèle à mailles larges, plus précisément à 50 km, donc cela permet davantage de visualiser un potentiel neigeux global et une humidité suffisante, mais il ne faut pas prendre cela au pied de la lettre car les modèles calculent s'il y a neige à 2m en raison de températures précises, et la réaité sur le terrain montre qu'on peut avoir de la neige en se situant dans une zone non-hâchurée ; nous étudierons ça davantage dans le détail dans la partie consacrée aux prévisions neigeuses.

De manière générale, pour une meilleure précision, mais toujours à courte échéance, mieux vaut regarder les cartes de WRF, le modèle de GFS à mailles fines (5 km), faisant mieux ressortir les zones de fortes précipitations temporaires, comme dans le cas de lignes de grain ou d'orages.

Cumuls de précipitations :

Cette carte représente les accumulations de précipitations à partir de l'échéance +0h puis toutes les 3h, en cumulé.

Précipitations cumulées

Est volontairement pris ici une échéance lointaine étant donné la situation actuelle, bien sèche. Nous pouvons donc visualiser les cumuls que recevront différentes régions entre aujourd'hui et d'ici 144 h (7 jours). On voit alors apparaître des zones plus arrosées que d'autres, ici le flan frontalier des Alpes, la barrière Pyrénéenne et dans une moindre mesure une partie des côtes de la Manche.

Généralement, cette carte permet de voir apparaître les traditionnelles zones qui subissent des blocages orographiques, donc le Sud-Ouest du Sud-Ouest ainsi qu'une partie du flanc Est du pays en bordure des principaux massifs. Mais il existe quelques anomalies sans cesse visualisées, qui ne se traduisent pas dans la réalité, comme la plaine Toulousaine où est souvent visualisé le maximum de tout le Sud-Ouest, tandis qu'elle est traditionnellement la zone la plus sèche de la région. Cela résulte de mauvais calculs des modèles, difficilement explicables, qui prennent pourtant en compte la topographie. Donc, une fois de plus, à ne pas prendre au pied de la lettre pour certains secteurs.

Dans le cas d'un régime perturbé persistant, cette carte s'avère très utile pour pointer les zones susceptibles de recevoir des cumuls importants par défilé des perturbations, et donc non-repos des sols, et par la même envisager d'éventuelles inondations par accumulation. Il faut savoir que, même dans les régions "habituées", un non-repos des sols, quelque soit leur nature entraîne inéluctablement une saturation de ceux-ci, et donc des inondations par accumulation. La situation dans le Sud-Ouest en Janvier et début Février 2013 en est d'ailleurs un très bon exemple.

Précipitations convectives :

Tout comme pour l'ensemble des précipitations (1ère carte), mieux vaut regarder WRF, nettement plus précis, mais expliquons en vitesse ce que modélise cette carte.

Précipitations convectives

La lecture est la même que pour les précipitations "classiques", mais ici on visualise seulement les précipitations se produisant sous forme convective. Des précipitations sont dites convectives lorsqu'elles ont un caractère orageux ou pluvio-orageux, sans forcément qu'il y ait orage pour autant ; en fait, dans le temps sensible, ce sont des précipitations relativement intenses qui prennent un caractère soudain et généralement bref. Il s'agit donc des précipitations sous orages, mais également caractéristiques des régimes de traîne durant la basse saison.

En général, une bonne lecture de la carte simple des précipitations (1ère carte) suffit à visualiser les précipitations susceptibles d'être convectives de par leur intensité et leur répartition. En effet, une organisation en ligne ou en amas ainsi qu'une plage de couleur virant vers le jaune (voire davantage), surtout en saison chaude, sont caractéristiques d'une situation orageuse à venir. Dans le cas de régime de traîne, les intensités visualisées sont généralement moindres mais leur organisation spatiale est caractéristique (ligne de grains ou grains dispersés).

 

-> 1 - Cartes synoptiques

-> 3 - Prévision orageuse

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site